Rencontres avec des collectionneurs (1)

Des z’oiseaux rares les collectionneurs d’art contemporain? Une espèce en voie de disparition? Les collections d’entreprises, un domaine presqu’exclusifs aux sociétés d’états, banques et autres gros calibres ? Les collectionneurs privés sont-ils de riches mécènes ? Et monsieur et madame tout’l’monde là-dedans ?

C’est lundi matin, il pleut, la fin de semaine a été ben platte, vous arrivez au bureau, une immense toile de Jean-Paul Riopelle vous accueille, les portes de l’ascenseur s’ouvrent sur de magnifiques photos de la série Spa de Lynne Cohen ou sur des toiles judicieusement choisies par un connaisseur, une sculpture vous surprend au tournant d’un couloir alors qu’une autre se cache dans un coin repos : me semble que ça me mettrait de bonne humeur! Mais pour cela il faudrait que je sorte de la retraite et que j’aille travailler à la Caisse de dépôt et placement du Québec.

Lors de la quatrième rencontre de SéminArts, nous avons eu le privilège de rencontrer madame Marie-Justine Snider, conservatrice de la collection de la Caisse de dépôt et placement du Québec. Non, ce n’est pas elle qui a le mot final quant aux œuvres qui seront achetées par la Caisse (vu que je suis maintenant plus intime avec cette institution ayant installé mon popotin dans l’une de leurs salles et foulé leurs couloirs, je l’appellerai par son prénom, la Caisse).

Au fil des ans, c’est un comité d’acquisition composé de 9 employés qui a choisi les œuvres d’artistes québécois reconnus qui ont rejoint la collection de la Caisse commencée en 2003. Ils ne sont pas issus du domaine des arts, l’expérience s’acquiert et l’œil s’aiguise ‘sul tas’. Pas question de laisser leurs goûts personnels interférer dans leurs décisions. La Caisse a des normes strictes à respecter. Entre autres : les artistes doivent être québécois (ou rencontrer la définition de ‘québécois’ établie par la Caisse), ils doivent déjà avoir des œuvres présentées dans un ou des musées, avoir exposé, aucune pièce ne doit comporter un message politique ou avoir un caractère sexuel.

Euh ! C’est lequel d’entre vous là qui vient de dire : «On sait bien! c’est notre argent qu’ils dépensent pour œuvres qu’on ne verra pas et en plus, même si on les voyait, on n’y comprendrait rien»… Oui, oui, y’a beau avoir un écran entre nous, j’vous ai entendus. Et vous en rajoutez : «Et pis, c’est quoi l’budget d’la Caisse ? ».

Je vous confirme officiellement que madame Snider est une incorruptible… pas moyen de lui soutirer l’information quant au budget de la Caisse, et ce n’est pas parce qu’on n’a pas essayé !!! Elle venait à peine de se présenter que c’est une des premières choses qu’elle a établi. Par contre, on a appris que le budget est annuel et fixe, il ne varie donc pas d’une année à l’autre. La Caisse possède maintenant environ 185 œuvres. Euh ! Le Riopelle dans l’entrée aussi?  Non, ce tableau n’est pas à eux, c’est un prêt du Musée des beaux-arts. D’ailleurs, la Caisse prête aussi certaines des ses œuvres à l’occasion à des musées.

Le rôle de Marie-Justine (elle aussi je l’appelle par son prénom maintenant), est assez large et concerne la collecte d’informations, les rencontres avec les artistes, la recherche d’œuvres, les visites de galeries, de musées, de foires, le réseautage dans un milieu considéré hermétique, la confection de dossiers et la présentation de ces derniers  au comité de sélection, la négociation, les décisions quant à l’accrochage ou l’endroit où la sculpture sera exposée, la conservation et l’entretien (oui, oui, avec le p’tit plumeau pour l’époussetage).

À l’occasion, elle se porte à la défense des œuvres choisies quand certains employés ne comprennent pas les motivations de tel ou tel achat. Vous le savez, je suis toute nouvelle dans le monde de l’art contemporain et franchement parfois, si on ne m’explique pas ce que l’artiste a voulu véhiculer comme message, les œuvres me laissent interloquée. Je ne suis donc pas la seule dans le bateau de l’incompréhension.

Les grandes entreprises, qu’elles soient gouvernementales ou privées, ont un rôle social à jouer dans le domaine des arts et de la préservation de notre patrimoine culturel. Les collections d’entreprises sont importantes pour le soutien et l’encouragement de nos artistes. Malheureusement, Loto-Québec a récemment annoncé la suspension de ses acquisitions pour sa collection.

Vous voulez me lancer des tomates ? Oui, oui, je vous entends : l’argent serait mieux dépensé ailleurs. Je sais, tellement de domaines souffrent des compressions…L’objectif de ce blogue n’étant pas les grands enjeux sociaux, nous ne nous lancerons pas dans des discussions.

Les collectionneurs d’art contemporain sont-ils donc en déclin au Québec? Pas selon un article de Hélène Roulot-Ganzmann publié dans Le Devoir  du 18 avril à lire ici

La plus importante collection d’entreprise au Canada est détenue par la Banque Nationale. Elle compte 7000 œuvres. Lisez l’article paru dans le Journal Les Affaires ici

Et vous, dans votre environnement de travail, il y a des œuvres d’art ? Et vous qui êtes patrons d’une PME – vous consacrez un budget à l’art?

La semaine prochaine, je vous parle de ma rencontre avec Michelle et Jean, des collectionneurs privés passionnés.

Bonne visite à la foire d’art contemporain d’œuvres sur papier, Papier15 qui se déroule à Montréal en fin de semaine, du 24 au 26 avril, informations ici

Lectures complémentaires:
Très intéressant : Le Devoir, un cahier spécial arts visuels publié le 18 avril  à lire ici 
Dans le journal Les Affaires : La Caisse de dépôt cible la crème des artistes québécois ici
Et si vous voulez en savoir plus sur l’art de collectionner, Les Affaires vous propose tout un dossier  ici

SEMINARTS AUTOMNE 2015 :
30 septembre au 25 novembre 2015 informations ici

Diane

Publicités

5 réflexions au sujet de « Rencontres avec des collectionneurs (1) »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s