Ateliers d’aquarelle Holbein

Ma petite valise tente de me suivre dans les escaliers du métro. Je lui fais faire de grands sauts d’une marche à l’autre. J’ai la bouche fendue jusqu’aux oreilles. Valise à bout de bras, ça signifie un départ vers une aventure. Cette fois-ci, je pars chez mes voisins du sud. C’est un cadeau pour ma fête : de moi à moi. Je me suis inscrite à des ateliers d’aquarelle.

J’arrive à la gare de Montréal une heure avant le départ de mon bus pour Burlington, Vermont. J’ai toujours une petite routine. J’arrive en avance pour commencer l’aventure avec un café. Et oui, le café est souvent une aventure en soi… des fois, il est bon… des fois, non. Ça me donne aussi le temps d’aller me faire arnaquer au dépanneur. Avez-vous remarqué que les prix dans les gares ou les aéroports sont assez élevés? Mais bon, ça fait partie de mon rituel: acheter du chocolat ou des bidules hyper sucrés pour la route, car je connais leurs bienfaits pour ma santé (morale).

Un jour, j’irai au bout de mon questionnement et j’éluciderai ce petit mystère : sur les murs du café de la gare, il y a une série d’horloges qui indiquent l’heure de principales villes dans le monde. Il y a une horloge tout spécialement pour Chypre. Ben voyons donc! pourquoi Chypre? J’imagine que c’est parce que le propriétaire est chypriote…Avez-vous une meilleure explication?

Oui, oui, soyez patients j’arrive au propos de ce billet… vous parler de mes ateliers d’aquarelle proposés dans le cadre du 21st Annual Vermont Art Event, fin juillet. Cinq jours de classes multi-média. Sept instructeurs – 35 choix d’ateliers.

Je m’étais préparé un bon plan : arrivée à South Burlington vers 11h00, installation dans ma chambre, repérage des services, des alentours, des restaurants, des salles réservées aux ateliers, etc. J’vous l’ai dit : j’ai une routine! Hon… un resto de poulet frit! On peu pas trouver plus ‘local‘ que ça. C’est gras à souhait et je l’arrose d’un Coke (Coca Cola pour mes lecteurs européens) grand format (USA oblige). Je prévoyais une série de sketchs au centre-ville de Burlington, question de meubler mon après-midi.

C’est là que ça dérape… il mouille à boire debout ou comme vache qui pisse comme disent mes cousins français. J’ai toujours eu un peu de difficulté avec cette expression française. Je suis une montréalaise pure laine, je n’ai jamais eu l’occasion de voir une vache se soulager. En tout cas, ça me met des idées pas jojo dans la tête… j’aime mieux boire debout!

Les sketchs ont pris l’bord… C’est pas grave, je me rabats sur les devoirs donnés par Donna, ma prof de Étude de la forme humaine.

Le lendemain, c’est toute excitée que je m’installe à une grande table pour mon premier atelier d’aquarelle : Magic of Mist and Fog in Vermont. Je savais qu’il y aurait 25 personnes dans le cours. Je trouvais que c’était beaucoup mais eille, c’était sans compter sur l’ingéniosité des organisateurs.

Un grand miroir installé en angle derrière le prof Tom Lynch, nous permettait de très bien voir sa table de travail et ses démonstrations alors que nous étions bien sagement assis en rangées face à lui. Je pourrais presque dire ‘assises’ parce que, comme dans tous les cours j’ai suivis, les femmes sont majoritaires. Tom est un aquarelliste accompli et ses ateliers sont très bien rodés. Ce n’est pas la première fois qu’il se retrouve en face d’une bande d’artistes en herbe. J’avais réservé deux ateliers avec Tom. J’en ai ajouté un troisième.

C’est sûr que j’ai beaucoup appris. C’est facile, je n’y connais presque rien en aquarelle. Évidemment, j’ai eu de grands moments de découragement. Je me suis également demandée pourquoi l’diable je m’étais embarquée là-dedans. Les cours convenaient mieux aux personnes ayant une meilleure base que moi. Mais bon, c’est du Diane tout craché ça.

J’ai apprécié la méthode de Tom : nous faire travailler les scènes en trois étapes, chacune sur une feuille différente (arrière plan, milieu et avant-plan) avant de réunir le tout pour notre scène finale. Certains de mes essais sont mieux réussis que dans l’œuvre finale. Je sais maintenant ce que veut dire : faire de la bouette avec les couleurs d’aquarelle… trop de couches… ben.. c’est trop!

Tom nous a également parlé de papier. Son favori le Gemini de Strathmore, 140 lb. Eh moi qui pensait que l’aquarelle était un medium qui ne pardonnait aucune erreur… Oh wow! Quelle belle démonstration pour nous montrer comment on peut corriger sur ce papier. Non, je ne me précipite pas pour aller en acheter. Je ne veux pas passer maître dans les scènes à l’aquarelle. Pour l’instant, je m’en tiens à mes sketchbooks.

En passant, Shari Blaukopf vient justement de publier un billet sur ce papier. Vous pouvez lire ses commentaires en cliquant ici.

J’ai eu le plaisir de travailler avec un pinceau fabriqué de véritables poils de martre. Est-ce qu’un pinceau de cette qualité (et prix) fait de nous un meilleur artiste? non, mais ça aide un peu travailler avec les bons outils.

Quant à l’aquarelle, elle était fournie par Holbein. J’ai déjà une pastille de French Ultramarine dans mon ensemble. J’ai beaucoup aimé la Holbein mais j’ai résisté à la tentation d’acheter des tubes sur place. Ouch! Les prix! Mais je suis revenue avec quelques mini-tubes en spécial. Je n’avais pas un grand choix de couleurs. Je suis en amour avec le shadow green. J’aurais dû acheter tous les tubes en stock.

‘Lost in translation’… Jeudi matin, j’avais réservé un cours intitulé ‘Ink it up‘… j’étais certaine de travailler avec de l’encre. Ben non! C’était de la peinture acrylique très liquide (style le High Flow de Golden)… Panique générale dans ma tête! Je viens de vendre tous mes produits acrylique, qu’est-ce que je fais ici? Je suis sortie! Je suis allée dessiner ma main (cours de forme humaine oblige).

Ma petite valise est revenue saine et sauve à Montréal. Mon cerveau a assimilé quelques connaissances en aquarelle.  Mon estomac a été comblé avec les repas au restaurant Windjammer. Mon portefeuille s’est senti bien triste après avoir été délesté de plusieurs billets. Une chance que ce n’est pas ma fête tous les jours.

Je vous souhaite une excellente semaine! Diane

Les ateliers de Tom Lynch :
Magic Mist and Fog in Vermont
Plein Air Painting Secrets
Action and Adventure of Waterfalls, Rocks and Forests

Le papier Gemini est distribué par Strathmore

L’aquarelle Holbein est disponible:
en pastilles chez Avenue des Arts. Ils ont sûrement les tubes.
en tubes de 5 ml (à partir de 5,95$) chez
DeSerres 

Les ateliers étaient au coût de 80,00$ US chacun (3 heures) et se déroulaient au Best Western Plus Windjammer Inn & Conference Center.

Publicités

4 réflexions au sujet de « Ateliers d’aquarelle Holbein »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s