Caroline glisse…. du patin au pinceau

Ce projet de ‘portraits d’artistes’ pour le blogue m’amène à rencontrer des personnes très intéressantes et inspirantes. Je vous présente Caroline Charpentier. Le patin artistique l’a propulsée dans la peinture abstraite, bien malgré elle.

Cadre par Rustik Bois de Grange - https://www.facebook.com/rustikboisdegrange?fref=ts
Cadre par Rustik Bois de Grange –

De 6 à 16 ans, avec toute l’ardeur de la jeunesse, Caroline a participé à plusieurs compétitions de patinage artistique, incluant les Jeux du Québec. On n’atteint pas un tel niveau sans la pratique, beaucoup, beaucoup de pratique. Les chutes sont nombreuses. Caroline adorait sauter haut, malheureusement,  plus les sauts sont hauts, plus la patinoire est basse…Ouch !  Il n’y pas juste les chutes, il y a aussi les glissades imprévues tête première dans la bande…hiiiiiiiiii ! et cet ordinateur qu’est le cerveau absorbe les coups, sans rien dire, jusqu’au jour où il se rebiffe et crie, ‘j’en ai ma claque de me faire brasser d’même’… il répond par des commotions cérébrales qui se manifestent sans en aviser la personne concernée, la belle Caroline.

Les séquelles sournoises se font sentir dans la vingtaine où des pertes de conscience soudaines et inexpliquées surviennent, provoquant un choc lorsque Caroline tombe… La dernière perte de conscience importante remonte en octobre 2012 et amène des vertiges, l’estomac qui fait des sauts arrière, des douleurs qui vrillent la tête, perte d’équilibre et sensation de faiblesse. Bof ! C’est pas trop grave, on fait avec, ça va passer lors du congé de fin de semaine… jusqu’au moment où une amie te dit : ‘Caroline ! Ça fera ! Tu dois consulter.’ Ce dernier coup sur la tête sera celui de trop pour son cerveau. Surtout qu’un mois avant il avait eu une autre commotion cérébrale durant une partie de volley-ball où elle avait fini la partie avec orgueil!

Et le verdict tombe, traumatisme crânien-cérébral léger et syndrome post-commotionnel sévère. Congé maladie forcé, traitements multiples un peu à tâtons, le cerveau est bien complexe…

Que fait-on quand on a 30 ans et qu’on ne travaille plus jusqu’à nouvel ordre ? Que notre déficit d’attention nous empêche de fonctionner normalement pour le moment, que les bruits environnants nous déstabilisent, que notre agenda doit maintenant passer aux pages blanches au lieu des pages noircies d’activités qui nous maintenaient en état de perpétuelle excitation ?

Ben on fait un peu de bénévolat pour notre rétablissement… et du bénévolat a germé l’idée d’une activité artistique de peinture et c’est là que l’étincelle a allumé la passion. Il y a seulement quelques mois, au mois d’août pour être précis.

Depuis, Caroline a le vent dans les voiles comme elle avait la hauteur dans ses sauts ! La souris de son ordi l’a baladée sur plusieurs sites qui parlent de peinture. L’autodidactisme lui convient très bien, vu sa nouvelle réalité. La table de cuisine est maintenant couverte de tubes de peinture, de pinceaux, de matériel divers, de pochoirs. Elle s’amuse dans son rôle de grande exploratrice. Le garage quant à lui est réservé à la peinture en aérosol, y’a toujours ben des limites à peindre les planchers de la maison à tous les jours. Les toiles quant à elles jouent à cache-cache dans tous les recoins possibles.

Caroline, de par sa profession de psychoéducatrice à l’Université de Sherbrooke, est dotée d’une belle sensibilité. En bonne samaritaine qui ne peut résister aux appels à l’aide, elle a récemment fait don de deux de ses toiles au pour le Gala fondation du Centre de Montérégie de Réadaptation. Quelle ne fut pas sa surprise de voir que le tirage avait amassé une somme de plus de 1,390 $ ! C’est bon pour le moral ça!

Tout se créeComme plusieurs artistes, lorsqu’elle peint, Caroline oublie tout, le temps,  les problèmes reliés à son état et les moments difficiles.  Elle n’a pas de source d’inspiration particulière, elle jette des couleurs sur le canevas, et le reste vient… ou ne vient pas. Elle se concentre exclusivement dans le domaine de l’abstrait et ses couleurs reflètent une belle joie de vivre.

Espace-temps (20x20)

 

Caroline veut partager son expérience et surtout elle aimerait inspirer ne serait-ce qu’une seule personne qui vit une situation difficile à se trouver une passion : que ce soit la peinture, l’écriture ou n’importe quel autre moyen d’expression. L’art est libérateur… et dans le cas actuel est un complément essentiel à la médecine traditionnelle.

On vous invite à visiter la page de Rustik Bois de Grange, créateurs du cadre dans la photo plus haut. https://www.facebook.com/rustikboisdegrange?fref=ts

Quant à nous, on se donne rendez-vous en décembre pour faire la connaissance d’une artiste-peintre et prof de peinture: Joanne Egglefield.

Publicités

4 réflexions au sujet de « Caroline glisse…. du patin au pinceau »

    1. Le succès lui souris! Déjà elle se démarques et elle a un talent certain!! Cela ne fait que commencer Caroline, déjà pleins de petites victoires, rien n’arrive pour rien, je te souhaite réellement le meilleur dans la vie et je suis confiante que l’art, tout comme il le fait pour moi, te sauvera la vie, tant au sens réel que figuré!

      Quel bel article!

      J'aime

      1. Wow!!! Merci pour ce si beau message Maya!!! J’apprécie!!! Effectivement, rien n’arrive pour rien! 🙂 Merci beaucoup!

        J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s